Souvenir du dilettante , choix des plus jolis motifs étrangers et français arrangés pour la guitare – 1835

VIMEUX Joseph Henri Hippolyte est né à Amiens en 1804. Son père qui faisait le commerce se proposait de lui donner la suite de ses affaires mais l’ instinct de l’ art musical qui se révéla chez lui dès l’ âge le plus tendre en décida autrement. Sa sœur étudiait la musique et le professeur se servait pour prendre le ton d’ un petit flageolet qui ne donnait que le la. Ce simple son faisait bondir l’ enfant de plaisir il employait près du professeur pleurs et prières pour obtenir l’ instrument.

Vers huit ans il entendit pour la première fois un opéra au théâtre d’ Amiens. Les premiers accords de l’ ouverture provoquèrent en lui des transports indicibles il venait d’ entrevoir une nouvelle existence. Pendant ses classes son goût pour la musique ne l’ abandonna pas Il s était réfugié dans une chambre éloignée pour se mettre à l’ abri de la vigilance de son père.

Au premier son qui frappait son oreille celui ci ne manquait pas d’ accourir pour gronder l’ enfant et lui retirer ses instruirons. On a remarqué que les littérateurs et les artistes ont eu ainsi à lutter contre des obstacles qui ne purent les détourner de la carrière à laquelle la nature les appelait.

Ces difficultés sont une sorte d épreuve par laquelle l’ autorité paternelle semble vouloir mesurer la force et la portée d un goût qui pouvant n être qu un caprice peut être aussi une vocation c’ est à dire l’ annonce la plus sûre du véritable talent. Pour ne point exciter le mécontentement de son père le jeune homme eut recours à une innocente ruse lorsque il composait sur son instrument il avait soin d’ y faire passer ses doigts de manière à étouffer le son. C’ est ainsi que dès le collége il fit une ouverture qu’ il fit entendre plusieurs fois en réunisssant non sans peine ce qu il pouvait rassembler de musiciens dans la ville.

A la sollicitation de plusieurs amis de collége il avait aussi composé des contredanses qui furent exécutées dans des bals de société Il fit aussi alors pour tenor cette scène  de fureur jalouse imitee de Métastase qu’ Heimann chanta plus tard sur le théâtre d’ Amiens ce morceau si énergique et si tendre qui se distinguait par une orchestration très savante. Ses études terminées comme il avait formellement refusé d’ entrer dans le commerce son père l’ envoya à Paris.

ll suivit les cours de l’ école de droit et fut reçu avocat en 1827. Pendant et après ces études il travailla chez un avoué. La musique lui donnait encore de fréquentes distractions on le voyait souvent interrompre une requête pour écrire les pensées musicales qui se présentaient en foule à son imagination. Son patron au reste n y perdait rien car le jeune praticien prenait sur son sommeil ou sur le temps consacré au repos dans les études pour réparer les instans dérobés à la procedure. Il composa ainsi plusieurs romances qui ont obtenu un grand succès.

Qui ne con naît le Pécheur surpris par l’ orage cette barcarolle si pleine de vie Paquita le Ménétrier de Meudon la Boucle de cheveux et tant d autres qui ont fourni de délicieux motifs de contredanses aux faiseurs de quadrilles. Après avoir été trois ans Maitre Clerc à Paris il s agissait pour Vimeux de prendre une étude. Mais la nature lui avait dit “Tu seras musicien”.

Les romances les plus remarquables qu il ait composées sont outre celles déjà citées: la Grenadine, les jeunes Filles, les Femmes de Seville, le Vendetta… Vimeux en outre est auteur de ce morceau si sublime et si terrible que l’ on ne peut entendre sans une vive et profonde impression: le Galop infernal exécuté d abord à Amiens ensuite à Paris chez Musard au Jardin Turc par Julien et dans plusieurs villes de province. C’ est là que l’ on entend comme l’ a dit un auteur moderne.

Cette effrayante harmonie où à travers des accens de plaisir et d’ amour crie le jour de colère le Dies irœ sinistre appel aux tombeaux chant de terreur et de déses poir où éclatent les mugissemens des démons les bondissemens de leur branle infernal  leurs rondes maudites leurs joies atroces leurs rires aigus et les supplications des morts et les gémissemens des damnés Vimeux a aussi donné un morceau intitulé Dieu maudissant Caïn, scène biblique énergique pleine de science et d inspiration qui prouve que l’ auteur est appelé à de brillans succès lyriques si le théâtre lui est un jour ouvert Enfin il est auteur d’ une symphonie composée tout récemment.

Maintenant tout entier à des études de son goût Vimeux partage son temps entre la musique et la littérature. Nous connaissons de lui dans le genre mélancolique et tendre des vers pleins de sentiment et de charmes il s est aussi exercé avec bonheur dans des traductions de poésies latines et italiennes.